Par une nuit profonde,

 

Etant pleine d’angoisse et enflammée d’amour,

 

Oh ! L’heureux sort !

 

Je sortis sans être vue,

 

Tandis que ma demeure était déjà en paix.

 

                                   

 

                                                Saint Jean de la Croix

 


 

 

Quelle douce lumière !

 

Le crépuscule se languit de l’obscurité,

 

réjouit les cœurs saisis de nostalgie.

 

Rayonnement paisible,

 

Il annonce la venue de la nuit,

 

hôte de peurs et de bonheurs profonds.

 

Du monde se manifestent encore les contours,

 

qui s’estompent discrètement et

 

cèdent à la montée du silence.

 

 

 

L’une ne va pas sans l’autre.

 

Ne cherche ni à retenir l’une, ni à rejeter l’autre.

 

Elles se jouent de tes simagrées.

 

Amies de notre âme versatile,

 

elles te demandent si tu l’as déjà vue.

 

Voyageur de la nuit, entends-tu son appel ?

 

Si tu veux la rencontrer, ferme tes oreilles

 

à son chant envoûtant.

 

Chemine d’un pas ferme, léger comme le papillon,

 

habité d’une détermination sans faille,

 

sans autre certitude que celle de l’inconnaissance.

 

 

 

Perds-toi dans cette nuit sans fin,

 

renais transfiguré.