Enseignant :  Yves Saillen  

 

J’ai grandit dans l’agglomération lausannoise. Troisième  d‘une famille de six enfants, j’ai été socialisé et scolarisé dans les milieux catholiques de la région. Après mes études à l’université de Lausanne, je me suis engagé  professionnellement en tant que travailleur social dans le domaine de la protection des mineurs et des adultes. Je suis marié, père de trois fils et grand-père de quatre petit-enfants.

 

A la suite d’une expérience spirituelle profonde faite à l’âge de 24 ans, je suis parti à la découverte des principales traditions spirituelles de notre monde. La rencontre avec le bouddhisme zen fut une révélation ; la pratique de za-zen devint pour moi à partir de cette époque un exercice quotidien. J’ai eu le bonheur de rencontrer le père jésuite Niklaus Brantschen, maître zen, qui m’a formé et dont je suis devenu l’élève. Il m'a autorisé à enseigner.

 

Tél. 0041 (0)31 869 34 49

Email:  saillen-jordi@bluewin.ch

 

Animatrices, animateur

 

Bruno Chapatte pratique la méditation depuis 2007. Il anime les soirées des groupes du Noirmont et de Porrentruy

Tél. 00 41 (0)32 466 72 89

Emai: b.chapatte@gmail.com

 

Sr. Marilyn Darbellay pratique depuis de nombres années la méditation et anime des sessions à la Maison du Grand Pré à Chavanod/F

Email: m.darbellay@orange.fr

 

Marie-Thé Sangsue-Fleury pratique la méditation depuis plusieurs années. Elle anime et coordonne l'animation des soirées de Delémont.

Tél. 00 41 (0)79 394 58 02

Email: mariethe.sangsue@bluemail.ch

 

Pascale Schütz a découvert la méditation zen à Paris il y a plus de 30 ans avec Jacques Breton lui-même initié par Graf Durkheim. Elle anime le groupe de Berne.

Tél. 00 41 (0)31 368 04 64

Email: eliseo@bluewin.ch

_______________________________________________________________________________

Za-zen, être assis en méditation, exercice spirituel à la fois sobre, simple et subtil demande à être pratiqué dans le quotidien, individuellement et en groupe, à être approfondi lors de sessions de un à plusieurs jours. Il devient de par là même source de force et de renouveau intérieur. Il est bénéfique pour la santé, favorise le développement des facultés telles que la concentration et la clairvoyance, et la connaissance de soi-même. Pour les personnes qui sont en quête de paix, de renouveau spirituel, cet exerqcice est propice à leur démarche.

 

Il trouve son origine en Inde. La rencontre avec la culture chinoise, notamment avec le taoïsme, lui donnera cette spécificité qu’on lui connaît aujourd’hui encore.

 

Il se laisse intégrer dans notre tradition chrétienne, la vivifie, l’enrichit et permet une nouvelle approche de la mystique chrétienne.

 

Ce que Maître Eckhart (1260-1328) nous conseille

 

« Mais, pour pouvoir connaître Dieu sans intermédiaire, il faut absolument que je devienne Lui et qu’il devienne moi…Comment donc dois-je l’aimer ? Tu dois l’aimer en tant qu’il est un Non-Dieu, un Non-Esprit, une Non-Personne, une Non-Image. Plus encore : en tant qu’il est un pur et clair Un, limpide et absous de toute dualité. »

 

se laisse réaliser par cette pratique. S’éveiller à cette unité n’est pas une fin en soi, mais demande à être intégré dans le quotidien et à nous rendre plus présent au monde « Je vous ai déjà dit que la sérénité, qu’éprouvent les âmes à l’intérieur d’elles-mêmes, leur est donnée afin qu’elles en aient moins besoin dans la vie extérieure et qu’elles puissent d’autant plus facilement y renoncer. Le plus important est d’agir d’après la volonté de Dieu et non pas la quiétude en présence de Dieu.»

 

Thérèse d’Avila (1515-1582)